Rino| 15/20

Une table dont tout le monde a parlé et parle encore, le restaurant Rino est une sorte de troquet mini-bistrot sympathique du fond du XIe.

 

Une déco simplissime mais chaleureuse, et un accueil « à la bonne franquette », accent italien chantant en plus.

 

Comme cela devient la norme sur un nombre croissant de tables calibrées, pas de carte mais un menu du midi unique, sans vraiment de choix. Mais qu’importe, il change tous les jours, est au tarif alléchant de 25€ (E, P & D) et vu le carnet de résa, les habitués doivent être nombreux.

 

Superbe entrée en ce risotto d’orge au butternut et encornets. On attend pas moins d’un chef talentueux Italien de réussir la cuisson de son riz (en l’occurrence de l’orge) et le liant crémeux d’un tel plat, mais quand en plus les parfums du butternut sont sublimés par la juste dose d’encre de sèche et des encornets parfaitement cuits, on en redemande ! Etonnante touche que cette petite quenelle de purée de calamar cru, mariné aux épices et agrumes japonais qui termine joliment cette entrée.

J’ai pris ensuite le Mulet noir, Polenta, châtaignes, choux et Céleri. Un tronçon de mulet noir sur peau qui aurait mérité une cuisson plus précise (celui de mon voisin était plus réussi), sur une fine couche de Polenta pas trop crémeuse et de quelques feuilles de choux. La petite sauce émulsionnée à la châtaigne complétait le tableau : Belles saveurs & textures et longueur en bouche certaine.

Petite déception sur mon dessert : La salade d’ananas, fruits secs et semifredo banane. En fait, une mousse crémeuse glacée parfumée aux zestes de citrons verts, quelques fruits sec et des éclats de financier. Jusqu’ici tout allait bien, le fondant donnant bien le change aux fruits du mendiant croquants. Dommage que l’ananas au sirop n’était pas à la hauteur. Une simple tranche de ce fruit frais aurait suffit.

 

Coté cave, un Bellotti Bianco en biodynamique sans grand intérêt (finalement offert par la maison car à peine entamé), mais une belle trouvaille en ce blanc Terre Silvate ’09, à la fois sec et parfumé et une très très bonne surprise avec un rouge Montepirolo ’04 San Patrignano. Un cabernet ensoleillé à 14,5°, riche et puissant.

 

De belles assiettes et de beaux produits qui changent quotidiennement et un très bon rapport Q/P, l’exercice ne doit pas être simple. L’expérience doit valoir le coup le soir, avec un menu plus étoffé.

 

 

Rino, 46 rue Trousseau, 75011 Paris, T. : 01 48 06 95 85, sur le plan

Le site internet

 

Rino

Rino

Rino

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.