Verre Vole

Le verre volé | 14/20

Quoi de neuf dans cet ce bar/cave à vin institution du Canal St Martin… ?

Toujours un choix impressionnant de quilles en majorité bio sur les murs et pas seulement une déco récemment rafraichie : Un nouveau chef débarque pour y rester quelques mois, en la personne de Patrice Gelbart. 

Les curieux le connaitront vraisemblablement de réputation, et les initiés se souviendront de son établissement Aux Berges du Cérou.

 

Une carte sympathique, aux tarifs ultra maitrisés, proposant des produits originaux, comme ces Pouce-Pieds que nous avons grignotés à l’apéro : Cuit au naturel, un excellent crustacé iodé de bonne taille.

J’ai ensuite gouté à l’entrée du jour, de magnifiques couteaux charnus et extra frais : Cuits vapeurs, avec une petite fondue de poireaux légèrement parfumée au Yuzu. Un autre délice de la mer.

J’ai continué sur le poisson avec le plat du jour : Un rouget en portefeuille, avec une marinade d’agrumes, mini poireaux et tapenade. Geste technique et superbe cuisson du poisson, très rosé à l’arrête (tellement bien qu’un coté de mon filet aurait même supporté 30s de cuisson en plus). Quand on voit la taille de la cuisine, on se demande comment le chef fait…

Nous aurions du nous arrêter la, mais nous n’avons pas pu résister à l’assiette de boudin noir : Belle portion de boudin, sans boyau, grillé et fondante. Une merveille, bien accompagné d’une purée mais surtout d’une excellente salade verte maraichère.

Pour finir, Tiramisu sympa qui pourrait être un peu plus imbibé de café, mais à la très honorable crème au mascarpone.

 

Coté cave, c’est pas le choix qui manque (mais qu’étaient ce donc que ces 2 bouteilles derrière moi, l’une de Pape noir et l’autre de la Boite du Gros Siam, au logo de sanglier…??). Laissez donc faire le staff, qui nous à proposé un vin de Savoie Les Aples ’09, léger mais correct sur l’apéro (18€), puis un surprenant L’enfant terrible du vin ’08 (25€): Un chenin et Sauvignon nature, qu’il a fallu secouer un peu pour en diminuer le gazeux : Passé la surprise, et l’analyse, ce vin naturel s’est avéré agréable et pas trop sec. Pour finir, un Cornas ’06 de chez T Allemand (69€) : puissance et finesse du Syrah.

 

Un bar à vin qui ne se contente donc pas de proposer de beaux flacons, mais qui offre aussi une cuisine de produit savoureuse, qui ne devrait aller qu’en s’améliorant lorsque le Chef aura pris complètement ses marques.

 

Le verre volé , 67 Rue de Lancry, 75010 Paris, T. :  01 48 03 17 34, sur le plan

 

 

Verre Vole

Verre Vole

Verre Vole

 

3 réflexions au sujet de « Le verre volé | 14/20 »

  1. Ping : Cuisiner En Ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.