Karl et Erick | 13/20

Cela faisait un moment que j’étais tenté par le restaurant Karl et Erick tenu par les jumeaux éponymes se partageant la cuisine et la salle. Et pour cause, ce bistrot m’était régulièrement encensé par d’illustres confrères ou amis.

 

Est-ce justement parce que j’avais trop entendu parler de cet établissement que j’ai été au final un peu déçu… ?

 

L’endroit est certes sympathique, sorte de bistrot contemporain dans les tons chocolat et rouge et l’accueil affable, mais la cuisine n’était pas selon moi à la hauteur de leur réputation.

 

J’avais opté en entrée pour la Pastilla de boudin noir et pomme granny smith. C’est une sorte de mini dôme individuel de patte de brick légère et croustillante, dans laquelle on trouve quelques tranches de boudin noir et de pommes. Le boudin est certes de bonne facture, bien relevé et fondant, mais le tout n’avait visiblement pas passé suffisamment de temps à réchauffer au four. La pomme est limite froide et donc pas du tout cuite alors que son acidité supporterait quelques degrés de plus.

En plat, le magret de canard, raisins de muscat et pleurotes. Meme si la portion du magret n’est pas très grosse, le sucré de la sauce à base de muscat est intéressante sur des pleurotes généreusement servies (on peut quand même s’interroger sur leur provenance fin Nov/début Dec..)

Côté desserts -très classiques- la mousse au chocolat noir, puissante et légère et sa marmelade d’oranges juste amer (à peine ?) sont tout à fait honorables, mais manquent d’un peu de fantaisie quand meme.

La Carte des vins est sympathique et abordable, tout comme les 2 Crozes-Hermitage Blancs et Rouge que nous avons bu (30€)

 

Un bistrot sympa donc, mais qui est en train de se reposer sur ses lauriers… Messieurs, on‘s réveille !

 

Karl et Erick, 20 rue de Tocqueville, 75017 Paris, T. : 01 42 27 03 71

 

 

Karl et Erick

 

Une réflexion sur « Karl et Erick | 13/20 »

  1. A propos des pleurotes ; il y a une semaine je cueillais des "petits gris" (tricholomes terreux) dans un parc près de chez moi. Alors les pleurotes, pourquoi pas …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.