Art Home Nomiya | 16/20

Déjeuner un peu particulier au restaurant Art-Home Nomiya ce samedi, puisque j’étais accompagné de 4 critiques gastronomiques des plus difficiles à satisfaire…

Palais très sensibles, très attachés à la présentation et impitoyable dans leurs verdicts souvent sans appel, le défi s’annonçait dur à relever pour le Chef C. Nicolas.

 

A tel point que ce dernier avait décidé de prévoir une entrée spéciale et différente des autres convives :

A première vue, un plat de Spaghettis Bolognaise… ? Sauf que les spaghettis étaient en fait composés de carottes jaunes, et que la sauce tomate crue était composée de cœur de bœuf épépinés et de cebettes hachées. Frais, surprenant, les carottes ont eu le succès escomptées, mais pas l'excellente sauce relevée et suave, vraisemblablement trop forte pour le palais délicats des critiques.

Pour ce qui nous concerne, nous avons eu droit à du haddock poêlé, dont la salinité était parfaitement contrebalancée par une crème à base de raifort et une mousse aérienne de lait caillé et crème. Je n’ai pas goûté les pointes d’asperges qui avaient l’air parfaitement croquantes, les critiques ayant jeté leur dévolu dessus….

 

Le plat était composé d’épaisses côtes de veau, compoté de tomates confites, purée de carotte jaune à la vanille, et mousse de petits pois.  Préparé sous la surveillance de nos critiques, qui n’ont pas hésité à goûter lors des différentes étapes du dressage, le verdict a en revanche été unanime sur ce plat : Côtes rosées et fondantes comme du beurre, surprenante purée vanillée et mousse aérienne de petits pois. Une de nos 4 critiques, habituellement peu encline à manger des légumes, à quand même réclamé 4 fois de la mousse de petits pois… Qui dit mieux… ?

 

Le dessert a lui aussi passé le test : Ile flottante à la fraise, crème anglaise à l’estragon : Un joli mont de blanc monté aérien, à peine lesté par un cœur de purée de fraises confites, flottant littéralement sur une crème anglaise dont le chef a fait infuser de l’estragon dans le lait préalablement à sa cuisson. Savoureux mélange des parfums et saveurs, lui aussi n’étant pas habituel pour nos convives particuliers ce jour-là, mais qui n’ont pas hésité une seconde à finir leur assiette.

 

Saison oblige, Vincent a réussi à dénicher un excellent Rosé: Un coteaux Varois l’Apostrophe ’09 très agréable, suivi d’un Sancerre Chavignol ’08 de chez Y Martin, riche et puissant. Nos critiques ont préféré se rabattre sur un bon verre de …… Coca- Cola !

 

Une nouvelle super expérience, très différentes des 2 précédentes (ici et ), et un sacré challenge pour le chef, qui a su combler ces 4 petites filles de 5 ans….

 

 

Art Home , Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président Wilson, 75116, Paris. Sur le plan

Leur site Internet pour (tenter de) réserver et retrouver toutes les photos

 

Toujours pas de Menu, mais des assiettes "nettoyées" et pour une fois, vous aurez le privilège de voir une photo à visage découvert des Critiques Gastronomique M, I, L et A avec Vincent…

 

Art Home Nomiya

Art Home Nomiya

Art Home Nomiya

 

Une réflexion sur « Art Home Nomiya | 16/20 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.