Le Hide | 13/20

Un chef Japonais (Hide, c’est son prénom…) qui propose « une cuisine Française traditionnelle », l’affiche était attrayante pour ce bistrot proche de l’Etoile qui pourtant n’en manque pas.

 

Une déco de bistrot contemporain, et une première formule le midi E+P ou P+D à 19,50€. Nous avons opté pour la formule E+P+D à 26€ compte tenu des plats alléchants proposés.

La fricassée de Pleurotes à la Crème d’Isigny était accompagnée d’un œuf mollet. Légèrement parfumée aux échalotes et copieuse en champignons, ces derniers ont tout même rendu un peu trop d’eau de cuisson.

La très bonne surprise est venue du Blanc de Turbot poêlé, vinaigrette au soja. Une cuisson parfaite (bien marqué à l’extérieur, nacré à cœur) et un jus réduit intéressant parfumé au soja (a 14€ en plat seul, c’est exceptionnel). Belle salade de roquette tomate confite en accompagnement.

En dessert, la Tarte Tatin à l’ancienne, accompagnée d’une glace vanille et de crème épaisse était fondante et complètement caramélisée. La pâte mériterait tout de même d’être un peu moins molle.

Coté vin, un petit Sauvignon à 18€ a bien rempli sa mission.

 

En résumé, un petit bistrot sympa proposant une belle carte, mais surtout à un tarif imbattable compte tenu du choix et de la qualité des produits. Attention, ce n’est pas grand et certainement toujours plein : Pensez à réserver

 

Le Hide, 10 rue du Gl Lanzerac, 75017 Paris – T. : 01 45 74 15 81

 

 

Menu du Hide

 

Le Café Moderne | 16/20

Le Café Moderne à coté de la Bourse est un de mes restaurants préféré à Paris.

L’accueil et le service, sous la direction du jeune Sébastien sont chaleureux et attentionné, et la cuisine assurée par le Chef JL Lefrancois est des plus précise et créative. Les formules déjeuner à 28 & 35€ ou encore le menu dégustation du soir « instinct moderne » à 39€ sont d’un très bon rapport Q/P.

 

Voici notre dernier menu. Maigre d’atlantique en carpaccio, tomates anciennes aux graines de passion : Excellent mariage du poisson et de l’acidité des tomates anciennes, relevé par quelques grains de fruit de la passion. Puis un lieu jaune en papillote de ventrêche poivrée, coco de Paimpol à la réglisse aux saveurs se mariant parfaitement. Ensuite, la grosse crevette zébrée sautée au basilic thai (parfum subtil de l’herbe sans pour autant masquer le goût du crustacé) était accompagnée de linguines fraîches (faites maison quotidiennement). Nous avons enchaîné avec un filet de bar en croûte de châtaignes, galette de riz aux noisettes. La croûte est en fait une fine panure, et la encore souligne habilement le poisson rosé à l’arête. 

Notre dernier plat était une épaule d’agneau confite au romarin, mitonnée de girolles aux épices. La encore un plat d’une finesse rare, l’épaule étant moelleuse, fondante en bouche voire crémeuse.

Coté dessert, nous n’avons pas été déçu non plus… Un fondant au chocolat enfin original car fourré au pralin, feuillantine et noisettes. La glace au thym qui l’accompagnait était surprenante et légère.

 

Le chef était comme d’habitude très en forme puisque malgré une salle pleine, il a réussi à envoyer tous ces plats en rythme et sans faute.

La carte change toutes les 2 semaines et il devient de plus en plus difficile d’y réserver une table.

 

Courrez-y.

 

Le Café Moderne, 40 rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris – T : 01 53 40 84 10

 

 

 

 

Café Moderne Entrées Café Moderne Plats Café Moderne Desserts Café Moderne Formule