Lire ?

On ne compte plus les livres de recettes de cuisines disponibles en Librairie. Selon moi 95% ne servent à rien (hors pâtisserie bien sur), donc arrêtez d’en acheter, et recyclez ceux sur vos étagères, ca vous fera de la place.

 

Rien n’est plus ennuyeux que de cuisiner le nez dans un bouquin, les yeux vissés sur des listes d’ingrédients et les doigts collés aux pages rapidement tachées. Difficile alors de faire la causette, savourer un verre de vin ou jongler avec plusieurs feux à la fois.

 

Alors comment faire… ?

 

Quel que soit votre « niveau », 2 types de livres valent la peine d’être achetés et lus :

Tout d’abord, la base : le CAP cuisine et restaurant.

Le papier est cheap, les photos sont ternes, la lumière est crue, et les figurants moustachus, mais il y a absolument tout ! Les façons de préparer, de cuire, les sauces, appareils, pates, etc etc. Cela peut paraître boring, mais c’est très précieux. Voici le mien

 

Et ensuite, les « bibles » de la collection Ducasse, par exemple celui-ci

La pour le coup, avant de réussir une des recettes à la lettre, il va s’en passer du temps (déjà, il faut pouvoir trouver tous les ingrédients).

Mais pour des occasion « spéciales », rien ne vous empêche de vous inspirer de ces recettes, quitte à les simplifier un peu pour les réussir.

 

Et entre les 2 me direz vous… ?

Et bien entre les deux, allez au restau et inspirez vous !

Sans parler des cuisines étoilées, et en maîtrisant la première catégorie de bouquins citée plus haut, Il est possible de « refaire » quasiment tout ce que vous goûterez. Refaire, ou s’inspirer, en variant peut être d’un ingrédient ou d’un assaisonnement, mais c’est souvent en regardant ceux dont c’est le métier que l’on progresse le plus.

 

Qui réussit sa mayonnaise…?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.