Guilo Guilo | 16/20

Bon, alors la, c’est pas simple….

Comment raconter une cuisine aussi raffinée, aux saveurs aussi différentes de celles que l’on a l’habitude de goûter ou encore utilisant des ingrédients dont vous n’avez jamais entendu parler… ?

 

C’est d’ailleurs sans doute aussi pour ces raisons qu’il n’y a pas de carte dans le restaurant Japonais Guilo Guilo, mais juste un menu unique à 45 € changeant tous les mois (dernier dimanche)

Je pourrais donc m’arrêter la en vous disant que le Guilo Guilo est un trip culinaire à faire absolument, que le dépaysement gastronomique sera total et que vous aurez du mal ensuite à aller manger dans un Japonais banal comme il en existe tant à Paris….

 

Mais bon, je vais faire un effort, au cas ou vous ne seriez pas déjà convaincus (on se connaît à peine…)

 

Perchés autour d’un Bar carré au centre duquel s’affairent les 6 cuisiniers & serveuses, les 20 couverts peuvent ainsi apprécier le tour de main des équipes, mais surtout les explications du Chef Eiichi Edakuni sur la huitaine de mises en bouches et plats servis successivement.

Voici ceux que j’ai pu goûter, retranscrits le plus fidèlement possible…

 

Velouté d’une sorte de courge japonaise (Kabotcha), copeaux de jambon et fleur de Gingembre.

Tofu accompagné d’un sushi d’un poisson proche de la sardine, de bœuf avec sauce poireau et aubergine confite au miso blanc.

Sashimi de Liche, (dont le chef passe le filet au chalumeau sous vos yeux…), relevé par une fine sauce soja

Une soupe de Radis japonais (daiko et taro) : bien parfumée et mélange intéressant de textures fondantes, gélatineuses et croquante.

Pâte de King Crabe vapeur servie avec une superbe sauce à base de son corail et de Yuzu : Saveur de l’agrume à la fois délicate et longue en bouche.

Filet de canard accompagné de nouilles au Sarasin (Soba), à tremper dans un bouillon à base de soja (et à « slurper »…)

Un des (nombreux) choc de la soirée est venue d’une petite brochette d’anguille : cuite à la salamandre, cette bouchée est à la fois craquante coté peau, moelleuse coté « gras » du poisson et enfin fondante coté chair.

Sushi de foie gras avec une sauce à base de soja : On perd un peu le goût du foie gras, mais le goût et la texture de la bouchée sont ici aussi intéressants.

Au dessert, poire cuite au vin rouge servie avec une tomate confite et une sauce à base de haricots rouges

 

Côté vin, la carte doit changer prochainement, mais tant qu’on y est, autant essayer un des nombreux Saké proposé au verre ou en bouteilles.

 

Alors je ne sais pas si cela vous a donné envie, mais moi, j’y retourne dans 10 jours.

Il semble d’ailleurs que la seule façon d’obtenir une resa soit de la faire sur place, tant il y a peu de couverts et que le planning est booké jusqu’à 1 mois à l’avance… Persévérez, ca vaut vraiment le coup

 

Guilo Guilo, 8 rue Garreau, 75018 Paris, T. : 01 42 54 23 92

 

 

 

guilo guilo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.